L’intelligence émotionnelle

Aujourd’hui le concept d’intelligence décrit un champs trop complexe pour rester sur une définition classique.

En nous servant uniquement de notre intelligence cognitive, nous sous-utilisons notre potentiel. Or, les aptitudes affectives sont essentielles pour notre épanouissement tant personnelle que professionnelle. De même que, savoir ce qui nous motive est essentiel pour être bien avec soi-même, pour donner du sens à nos actes, à notre activité et plus largement à notre existence.

La Posture IE

Elle permet l’utilisation conjointe de nos intelligences cognitives et émotionnelles vis-à-vis de nous-même, dans nos relations et face aux événements de la vie. Cela signifie, être autant à l’écoute de nos pensées que de nos émotions.

Nous considérons que notre culture occidentale ne nous a pas appris à être présent à notre expérience intérieure qui pourtant a une grande influence sur la qualité de notre vie. Notre adaptation à la vie génère des émotions qui sont plus ou moins libérées. Quand elles ne sont pas accueillies, elles restent enregistrées dans le corps et agissent comme un filtre dans notre perception. Par contre, quand elles sont libérées, nous gardons tout notre potentiel disponible. Ce potentiel se manifeste à travers ce que nous appelons des compétences émotionnelles telles que la conscience de soi, l’estime de soi, l’affirmation de soi ou la réalisation de soi… Elles nous permettent aussi d’utiliser pleinement notre intelligence cognitive et toutes les aptitudes métier ou techniques associées de notre activité.

Etre soi-même est une qualité d’être qui n’est pas permanente et qui peut être infiniment développée. Cette qualité d’être engendre plus de spontanéité, à ne pas confondre avec l’impulsivité. Elle permet aussi d’être présent à soi et aux autres. C’est une manière directe de vivre les évènements avec le moins de filtres cognitifs et émotionnels, c’est à dire en étant conscient des croyances et des affects qui s’interposent entre nous et notre expérience, entre nous et nos interlocuteurs.

Au niveau cognitif, c’est acquérir une souplesse qui nous permet de changer nos croyances et nos valeurs. Et devenir conscient de notre manière de penser autant que nos pensées elles-mêmes. Nous faisons référence par exemple à nos modes de penser cartésiens et systémiques qui influencent notre vie sans nous en rendre compte.

Au niveau affectif, c’est accompagner nos états affectifs. Etre et rester attentif à notre expérience émotionnelle depuis l’humeur, les sentiments jusqu’à nos émotions. Ainsi, retrouver le pouvoir de permettre la transformation de nos états affectifs jusqu’à leurs dissolutions. Une émotion n’est pas destinée à rester dans le corps mais au contraire à nous donner une information et disparaître mais compte tenu de notre culture, nos émotions ne sont plus accueillies, entendues, senties ou vécues comme elles sont auraient été sensées l’être.

Notre expérience pédagogique nous montre depuis 15 ans l’individu comme correspond à ce que nous décrit la science des systèmes, à savoir que nous fonctionnons d’une manière similaire à un « ensemble d’éléments en interactions organisés en fonction d’un but ». Notre structure émotionnelle est composée de sous-personnalités en interaction qui s’organise pour maintenir un équilibre dynamique interne. Chacune de nos sous-personnalités est un système à part entière et cherche à maintenir son propre équilibre et c’est le rôle de notre personnalité de maintenir cet équilibre global.

Les relations internes à notre personnalité peuvent être conflictuelles et même parl-fois violentes. Néanmoins, notre système cherche continuellement à réduire les tensions et donc à retrouver un équilibre moins énergivore. Pour cette raison dès qu’une opportunité de libération se présente à lui, les parties se réconcilient entre elles.

Il est intéressant d’observer les relations verticales entre un niveau et le niveau au dessus. Par exemple, entre les sous-personnalités et l’individu qui les incarne ou entre l’individu et ses relations interpersonnelles. Nous avons remarqué qu’une personne ayant un conflit interne tend à trouver un environnement dans lequel elle peut revivre ce même conflit pour le résoudre.

De même, une personne va percevoir le monde non comme il est mais comme il a besoin de le voir pour résoudre son problème. Il va donc générer l’environnement nécessaire à son dépassement. Ce dernier ne peut se transformer que dans la conscience de ce qui se joue en s’appuyant sur son intelligence émotionnelle. Pour cette raison, une démarche cognitive seule ne suffit pas. Plus la personne trouve son équilibre entre perception émotionnelle et perception cognitive plus rapide est son dépassement. Elle va donc générer le prochain environnement. Elle donc créatrice de ce qu’elle va vivre, et selon qu’elle le fait en conscience ou non, il y aura soulagement ou non, dépassement du processus de résolution ou répétition de ce dernier.

En parallèle de cette double logique cognitivo-émotionnelle, la personne est entrainée à accepter plus d’incertitude. Ainsi, elle laisse de mieux en mieux fonctionner son intelligence émotionnelle et lui permet d’avoir les mains libres pour faire disparaitre la tension ou le conflit gênant. Plus la personne a confiance en elle plus elle tend à accepter la complexité de son système émotionnel.

L’accompagnant devra garder une perception globale du système émotionnel et de son environnement interne, cognitif ou sensoriel, et de son environnement externe, interpersonnel ou générationnel. Cette notion d’environnement est prise au sens large et intègre autant la dimension spatiale que temporelle. Par exemple, lui demander qui, autour du lui, pourrait être gêné par la résolution de son conflit ?

Au fur et à mesure que nous accompagnons nos émotions notre système interne retrouve sa spontanéité et se montre ouvert, curieux, présent, créatif, sensible…

Cet état se traduit dans la vie par l’émergence de compétences émotionnelles telles que décritent ci-dessus comme une conscience élargie autant de notre environnement que de notre vie intérieure. Une valeur personnelle reconnue ainsi qu’une valeur de l’humain et de toute forme de vie. Autrement dit une plus grande estime de soi et des autres, dés le moment où les croyances et les émotions ne font plus obstacle à notre confiance naturelle. De même, une capacité d’affirmation plus importante qui respecte le point de vue de l’autre. Une sorte d’affirmation inclusive de l’altérité et des perceptions différences qui va constamment s’enrichir. Une aptitude à incarner son épanouissement en restant perfectible, dans l’échec comme dans le succès. Celle d’intégrer les évènements dans son chemin de vie. Mais aussi une écoute profonde, un relationnel direct et authentique, un optimisme réaliste, et en situation de crise, une équanimité qui montre une profonde résilience. Et par dessus tout, une aptitude à accompagner les autres vers leur richesse, leurs talents et leur identité.

La posture IE est transversale. Elle permet à des coaches, des thérapeutes, des médiateurs, des managers et des dirigeants de se servir de leurs deux intelligences au lieu d’en utiliser qu’une seule. On pourrait dire d’harmoniser leurs deux formes d’intelligence sans les réduire l’une à l’autre.

Elle permet aussi de relier les méthodes et les modèles en restant, bien centrée sur son client, comme une personne humaine dans toute sa richesse et dans toute sa complexité. On pourrait dire, de respecter l’infinité de la personne ou du groupe de personnes avec lequel l’accompagnant travaille.

Elle permet de laisser réapparaitre les liens des individus entre eux et avec le groupe dans lequel ils vivent ou travaillent. De même, pour les groupes entre eux et avec l’organisation qui la contient. La qualité relationnelle générée par cette posture permet par exemple à une famille de rétablir une communication riche et profonde, à une équipe de travailler dans une ambiance sereine, sécurisante, pour une entreprise de travailler sereinement avec ses clients et fournisseurs.

 

Qu’est ce que l’Intelligence Emotionnelle ?

C’est notre aptitude à nous servir directement de nos affects – humeurs, sentiments, émotions – dans les situations quotidiennes de notre vie.
Directement signifie sans passer par l’analyse ou l’interprétation cognitive de notre expérience.
Quotidienne car comme une aptitude physique, elle a besoin d’être régulièrement sollicitée pour se développer.

Qu’est ce que la systémique ?

 C’est une évolution de notre mode de penser occidental. Nous passons d’un mode cartésien orienté sur l’analyse et la cause à un mode de pensée orientée sur la globalité et la finalité. La systémique est plus adaptée aux systèmes complexes tels que la société, l’humain, le cerveau ou la conscience.

Qu’est ce que la systémique émotionnelle ?

C’est passer d’une perception causaliste à une perception finaliste de nos affects. c’est à dire reconnaitre le sens de nos émotions et l’importance d’y porter toute notre attention pour nous donner la possibilité d’y répondre.
C’est aussi de passer d’une perception cognitive de nos affects à une perception physique et énergétique, directement. Cela en ne réduisant pas la complexité de notre système émotionnelle et son importance.

A quoi peut servir cette intelligence ?

A nous libérer des empruntes émotionnelles pour vivre de manière plus spontanée, détendue et libre. Une emprunte émotionnelle est un émotion figée dans le corps depuis l’événement marquant. Libérer nos empruntes signifie être nous-même, c’est à dire présent, confiant et joyeux.

Comment développer mon IE ?

Par moi-même
Des actions ponctuelles et continues, sans pression (Attentes), à partir d’une sensation, d’une émotion ou d’une situation, et en laissant agir (action interne). A partir d’une pratique réalisée lors d’une formation ou d’un coaching.

En accompaniment individuel
Au cours des séances, chaque type de difficulté émotionnelle est résolu par une approche correspondante. Pour les difficultés facilement identifiables l’approche psycho-corporelle est utilisée, pour une difficulté plus complexe et moins consciente l’approche systémique est parfaite.

En Training (groupe de 6 personnes maxi.)
Les « Training IE», par sessions successives de 3 à 11 jours, permettent un équilibre entre intensif et continuité. Les « Intensifs IE», destinés aux personnes qui ont fait au moins un training, permettent de savoir ce que signifie, en quelques jours, être soi-même sans garantir pour autant un continuité des résultats de quelques semaines. Les « Evolutions », qui se déroulent sur une année, garantissent des résultats plus durables.

Quelles sont les limites de l’intelligence émotionnelle ?

– le temps d’entrainement du Coach lui-même qui élargie son champs de compétence et d’intervention au fur et à mesure qu’il accueille et accepte sa vie émotionnelle comme ayant du sens.
– le degré de motivation du clients qui s’engager complètement dans le coaching ou la formation.
– degré d’alliance entre le client et le coach selon la compatibilité entre leur personnalité, leur culture et leur éducation.
– milieu de vie du client plus ou moins favorable à un nouveau positionnement. C’est là que la compréhension systémique de la situation est importante.

Pourquoi choisir l’IE, telle que le propose l’ESIE, pour me développer ?

L’IE n’est pas une méthode même si elle utilise des méthodes ou des outils qui correspondent à sa philosophie. Elle se veut une approche directe de soi, de la manière la plus simple possible. Elle part du postulat que nous avons tous les ressources nécessaires pour redevenir pleinement nous-mêmes.

Quelle est la différence entre la gestion des émotions et l’intelligence émotionnelle ?

Dans la gestion des émotions, celles-ci sont considérées comme passives. C’est la personne qui agit sur l’émotion. En Intelligence émotionnelle c’est l’émotion qui agit sur nous et notre système interne.

La supervision est-elle destinée aux coachs ou à tout professionnel ?

Les personnes supervisées sont des coachs, des psychologues, des managers ou des formateurs. Ce qui les rapproche c’est leur désir de se servir de leurs intelligences multiples et de savoir que la meilleure façon de progresser est de pratiquer régulièrement.

Découvrez aussi :